Le château de Saint-André de la Roche

Au fond du Val de Banquière, un bâtiment très particulier barre la route depuis des siècles, le Château de Saint-André.Il s’agit d’une construction s’étalant perpendiculairement au torrent et dont la grande façade, plein sud, surplombe de manière majestueuse le village.

Aujourd’hui méconnu cette construction historique, classée dans l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, a, jusqu’au XIXème, été considérée comme un édifice architectural remarquable puisque figurant sur toutes les brochures touristiques vantant les beautés du Comté de Nice.Sa forme tout en longueur fait référence au rocher imposant sur lequel il fut construit et qui lui valut son premier nom de «Rocha».

Son histoire se perd dans la nuit des temps puisqu’elle coïncide avec celle de la première route du sel .
Les murs lourds et anciens du sous-bassement perforés de meurtrières indiquent bien qu’une place forte y était établie. Par contre la partie supérieure, à l’élan décoratif évident tranche avec les murailles guerrières laissant apparaître la transformation en résidence de campagne au XVIIIème siècle.

Lors du rattachement de Nice à la France, en 1860, les propriétaires, très liés à la famille de Savoie, désormais famille royale italienne, optent pour l’Italie et vont s’installer au Piémont. Le château est vendu à l¹Hospice St-Paul, passant successivement dans les mains de diverses associations religieuses.

Depuis, le château, en dépit de sa valeur historique et architecturale a servi un peu à tout : école, colonie de vacances, casernement et hôpital militaire pendant les guerres, etc… Il est, depuis plusieurs décennies, la propriété de l’Association des Compagnons d’Emmaus, dont le fondateur, l’Abbé Pierre, a fait un de ses premiers centres en faveur des plus démunis.

Chateau de St André de la Roche