La villa « Santo Sospir » à St Jean Cap Ferrat

Santo Sospir, la villa tatouée…

Jean Cocteau, artiste aux multiples talents, était un hôte fidèle de la Côte d’Azur et nombreuses sont les villes qui gardent une empreinte de son passage.

En 1950, alors que le poète vient d’achever le tournage de son film «Les Enfants Terribles», son amie Francine Weisweiller l’invite à passer quelques jours dans sa villa du Cap Ferrat.

Séduit par la beauté et la magie du site, Jean Cocteau résidera plusieurs mois à la villa et deviendra un hôte régulier des lieux. C’est au cours de ce premier séjour trouvant les murs trop blancs qu’il va commencer, selon son expression à «tatouer» les murs de la villa à l’aide  de fusain, sans déplacer aucun meuble. Il finira par dessiner sur tous les murs, les plafonds, certains meubles, par réaliser une tapisserie pour la salle à manger ainsi que deux mosaïques.

Il dira «Une jeune femme habite Santo Sospir. Il ne fallait pas habiller les murs, il fallait dessiner sur leur peau : j’ai traité les fresques linéairement avec le peu de couleurs qui rehaussent les tatouages. Santo Sospir est une villa tatouée ».

Pour la plupart des fresques, Jean Cocteau s’est inspiré de la mythologie grecque, avec également des allusions à la Côte d’Azur : les pêcheurs de Villefranche et leurs filets, l’oursin, la fougasse (le pain niçois)…

La villa "Santo Sospir" à St Jean Cap Ferrat